Andry Rajoelina, un dictateur sanguinaire sans précedent

Pas plus d’une semaine au pouvoir, le petit président a déjà commis un carnage à Andohananalakely, un crime scandaleux pour une personne qui veut dénoncer le carnage à Ambohitsirohitra le 26 janvier 2009 devant la Cour pénale internationale et la Haute cour de justice. Lui aussi est dorénavant passible de passer devant la Haute cour de justice qui seule peut juger les présidents de la République. 4 manifestants ont été tués sur le coup, 4 autres décèdent en salle de réanimation, le corps d’un jeune a été emporté par les militaires de capsat après avoir tiré sur ses camarades qui tentaient de le tirer loin d’Ambohijatovo … En total une dizaine de morts et 47 blessés qui luttent encore entre la vie et la mort à l’hôpital HJRA. Les corps sont portés disparu alors que à Anjanahary les militaires de capsat tentent désespérément d’enterrer clandestinement des cadavres afin de masquer leur bestialité. Tout compte fait il est plus que nécessaire lors d’un référendum, de changer Madagascar en pays neutre afin d’effacer de notre institution l’existence de ces forces armées qui ne cessent de trahir le peuple Malagasy. En 1972, en août 1991, 1992, en 2002 et maintenant en 2009, ils sont toujours présents pour tirer sur leurs propres compatriotes et cacher leurs corps lorsqu’on veut dénoncer publiquement leurs actes barbares, sans oublier qu’ils ont brûlé vivant un policier à Soanierana et ont tué 5 hommes membres d’un troupe de vigilance toujours à Soanierana… Pour les blessés du 28 mars, c’est notre devoir d’aller leur donner du sang à l’hôpital HJRA. Une pétition devrait être recueillie visant à renverser cette HAT et à rapatrier Ravalo et un compte devrait être ouvert afin que même les Malagasy vivant à l’étranger puisse contribuer à l’aide donnée à ces blessés et financer la manifestation au nom de la légalité.
La radio et la télévision nationale ne diffusent plus des informations exactes sur l’état de la crise actuelle ici à Antananarivo, la désinformation règne, tout simplement ils boycottent les images des manifestations qui s’enflamment de plus en plus à la place de la démocratie à Ambohijatovo. Le nouveau ministre de la communication de la HAT et la station VIVA incitent à la fermeture de la seule radio crédible à Tana : la radio MADA. Quant aux stations télé privées, comme la TVPlus, elles n’arrêtent pas de désinformer et font en sortes que les vraies réalités à Madagascar sur les conséquences  de l’accession au pouvoir de TGV ne soient pas connues par les autres Malagasy qui n’ont que la télévision pour s’informer. Quelle triste mentalité pour des  gens qui se déclarent démocrates, neutres et objectifs !  Le 13 mai n’est plus accessible si on veut manifester son mécontentement à l’égard du régime au pouvoir, des militaires armés jusqu’aux dents de mitrailleuses, de grenades offensives et de grenades lacrymogènes gardent cette place comme un palais présidentiel à l’endroit même où les TGVistes ont érigé leur gouvernement de la rue publique sans aucune restriction de la part de Ravalomanana les 2 mois précedents. Plusieurs fonctionnaires ont fait l’objet de kidnapping des militaires sous les ordres d’Alain Ramaroson et Andry Rajoelina et portés disparus jusqu’à maintenant, les menaces de mort tombent comme des averses, des mandats d’arrêt lancés contre les manifestants actuels qui réclament la vraie démocratie et qui contestent le coup d’État remplissent le bureau de la nouvelle ministre de la justice (peut être même les tiroirs et les archives n’arrivent plus à les contenir en ce moment ?), les lycéens de la L.M.A., Lycée J.J. Rabearivelo, Lycée Jules Ferry (…) qui trouvent injustes qu’un régime dictatorial et illégal soit au pouvoir, sont menacés à coup de mitrailleuses par les militaires qui pointent leurs armes jusqu’au devant des grands portails des lycées afin de les empêcher de renforcer la manifestation qui se tient quotidiennement à la place de la démocratie mais ce qu’ils ignorent c’est que si un de ces élèves se fait tuer par ces militaires, l’événement de 1972 ie le massacre de tous les soldats serait inévitable. On ne trouve plus de stations radios de l’opposition dans la capitale, est-ce ça la démocratie de Andry Rajoelina ? N’est- ce pas plutôt une dictature ?
D’ailleurs pourquoi disent-ils que Ravalo était un dictateur, rien de ce qu’il a fait n’a témoigné ni a pu justifié qu’il était un dictateur. Dans un vrai pays dictatorial ce sont les armes, les menaces et les déportations qui y parlent tous les jours. N’est-ce pas eux les dictateurs alors ?
Le plus triste dans cette crise est que de plus en plus elle évolue vers une guerre de réligion, l’église catholique qui est pour la HAT d’une part et l’église protestante avec Ravalo d’autre part. Les militaires après avoir agressé le « pasteur » président de l’église protestante Lala Rasendrahasina à Antanimena, lui ont fait boire de la « pisse » ou de « l’urine », un geste scandaleux et triste du point de vue humanitaire et moral, que tout le monde le sait, les militaires de capsat en étaient capables. Les 3 autres églises de la FFKM, vu cette situation, ont boycotté l’installation au pouvoir du cerveau de cet acte bestial, ce qui n’a pas été le cas de Odon Razanakolona archevêque dirigeant de l’église catholique à Madagascar. La solidarité n’est plus la règle au sein de la FFKM. Les catholiques se disent outrés face à ce comportement indigne de l’archevêque, ils veulent maintenant faire une requête au Pape afin de le remplacer et le destituer. Les catholiques réitèrent toujours qu’au moins Razanakolona devait être neutre et ne pas s’immiscer dans les affaires politiques. Tel est le cas de la radio Dombosco, radio catholique qui ne cesse de lancer des désinformations en faveur de Rajoelina.
Les autres régions de Mada ont aussi commencé des manifestations dans les rues, sans parler de Tsiroanomandidy, Ankazobe, Ambatondrazaka, Antsirabe, Moramanga…les seules qu’on attend restent les régions côtières. Si ces grandes villes côtières ne manifesteront pas, on est tenté de croire que par pure racisme à un président Merina, ils ont partijcipé à ce coup d’État contre l’ancien pouvoir avec la partie TGV.
Quant aux soit-disant prisonniers politiques à qui ils ont accordé une grâce présidentielle, ceux-ci en fait étaient des vrais criminels ou délinquants de droit commun mais pas des prisonniers politiques comme on le prétend car ils n’ont pas été incarcérés à cause d’un coup d’État. Si on ne prend que le cas de Coutity, ce dernier a été inculpé à cause des assassinats barbares qu’il a commis à Diégo, à titre d’exemple il a mutilé un médecin Merina dans cette région nord de Mada en le découpant en petits morceaux.
Le geste de la communauté internationale mérite des éloges en coupant toute subvention à un pouvoir pris par la force ou plus communément par un coup d’État. Madagascar ne devrait pas être un exemple en matière de coup d’État aux autres pays Africains, sinon ce serait justifier et légaliser la prise de pouvoir par la force ou l’armée, tout le contraire d’un pays qui se veut être démocratique. La communauté devrait même aller plus loin en instituant un embargo à Madagascar afin d’étouffer plus rapidement cette HAT (sanction en matière de livraison de carburant, en matière de produits de 1ère nécéssité…).
Quant à la France, elle ne devrait pas être hypocrite car tout le monde sait le rôle qu’elle a joué dans le financement du mouvement TGV. De plus ce financement continue, hier encore un avion de Air France a transporté des caisses et des conteneurs chargés d’armes offensives aux fins d’approvisionner les armes du capsat, conteneurs qui n’ont pas passé au contrôle de la douane. Ceux-ci ont été ensuite transportés par un hélicoptère de la Henri Fraise une société française implantée à Madagascar. Notons en passant que la « Henri Fraise,  la Materauto, la Madauto » sont les principaux fournisseurs de fonds de Andry Rajoelina afin de renverser le régime Ravalomanana durant cette longue crise. Comment pourrait-on fermer les yeux alors face à cette hypocrisie manifeste de la France ? On en conclut donc que plus tard si Madagascar ne veut plus passer devant une nouvelle crise politique comme celle-ci, il faut couper toute relation diplomatique avec ce pays, renvoyer son ambassade, de Madagascar et rapatrier la notre de la France.
Il est maintenant l’heure pour que tous les Malagasy se lèvent et disent non à une nouvelle forme de néocolonialisme, que les jeunes : collégiens, lycéens, universitaires, fonctionnaires, syndicalistes, ceux dans le secteur privé et les opérateurs économiques aient le courage de manifester leur aversion à un coup d’État et vont à Ambohijatovo pour supporter la légalité. Nous y arriveront tôt ou tard, avec ou sans l’aide de Dieu (si il ne répond qu’à la prière de Andry Rajoelina) si on a vraiment cet amour pour notre pays de le sauver contre toute forme de dictature, de néocolonialisme, de coup d’État, et de la pauvreté car nous sommes l’avenir de ce pays. Alors pourquoi attendre demain même si on doit y perdre notre vie car un jour ou l’autre il faut quitter ce monde. Pourquoi pas en ayant battu pour sauver notre pays ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :