Archive for avril 2009

Andry Rajoelina a-t-il fait ou non un coup d’Etat ?

avril 17, 2009

Une question qui provoque plus d’une polémique aujourd’hui, même dans le monde entier : Andry Rajoelina a-t-il fait vraiment un coup d’État ou est-il dans la légalité maintenant qu’il est pouvoir ?
La HCC était présente lorsqu’il a fallu inaugurer sa prise du pouvoir. La HCC étant la cour qui a pour mission de protéger la conformité à la constitution et l’ordre constitutionnel et vu que celle-ci a approuvé cette transition comme conforme à la constitution, on peut dire que Andry Rajoelina est maintenant dans la légalité. Rappelons-le que le président Ravalo a transféré les pleins pouvoirs au directoire militaire, et ce dernier a, après, donné tous ses privilèges à Andry afin que celui-ci devienne président de la transition, de plus la Haute Cour Constitutionnelle a approuvé ce transfert de pouvoir.
Vue sous cet angle, il paraît que cette transition est légale. Mais l’est-elle vraiment ? Si on se positionnait sur le point de vue juridique, au contraire ce nouveau régime est le fruit d’un coup d’État. Notons que les 3 Généraux étaient forcés par les militaires de la capsat de passer le pouvoir du directoire militaire aux mains de Andry Rajoelina et compagnies, soit ils l’ont fait soit les caporaux les ont tirés dessus avec leur famille.Ils n’ont pas eu le choix, la seule alternative c’était d’accepter. Par conséquent, sur le plan juridique, un acte obtenu par la violence n’est jamais valable car si l’auteur de l’acte n’a pas été sous la menace de mort, il n’a pas ratifié l’acte en question, il peut toujours dénoncer cette violence devant la justice et annuler cet acte (Ici, l’acte en question est le transfert du pouvoir entre les mains de Andry Rajoelina et qui le nomme président de la transition)
Quant à l’ordonnance prise par le président Ravalo, il ne s’agissait pas d’une démission mais d’un simple transfert, une simple délégation de pouvoir au directoire militaire afin d’atteindre certains objectifs (le rétablissement de l’ordre, la réalisation de l’assise nationale, la promulgation du nouveau code électoral,…). Précisons, que ce pouvoir délégué, peut-être repris par le délégateur à tout moment et le délégataire ne peut pas transférer sa mission entre les mains d’une autre personne sans l’accord du délégateur qui dans notre cas est Ravalo. Ravalo jusqu’à maintenant peut donc reprendre sa casquette de président de la République et il n’a ni spécifié que le directoire militaire peut faire tout ce qu’il veut de ce pouvoir ni accepté cet acte passé entre le directoire militaire et Rajoelina. En conséquences, Ce transfert de pouvoir fait par le directoire militaire sous la menace ne devait pas être validé par la Haute Cour. D’ailleurs, aucune disposition de la constitution ne prévoit ni le directoire militaire ni le transfert du pouvoir à un civil, c’est donc anticonstitutionnel. Il faut aussi souligner, quand on parle encore de civil, que si le poste de président est vide, c’est le président du Sénat qui est d’office président pour combler la lacune; et si ce dernier fait défaut, c’est le président de l’Assemblée nationale qui prend sa place; aucun article de la constitution ne prévoit qu’un simple civil peut y faire une ascension sans une élection démocratique même en présence de n’importe quel transfert de pouvoir.
Mais terre à terre, lorsque la prise du pouvoir est le fruit de la violence, on ne peut parler que de coup d’État. Andry au vu et au su de tous a été supporté par des militaires armés avant et après son accession à Ambohitsirohitra et il a utilisé ceux-ci pour chasser Ravalo du pays et accéder au pouvoir. On en conclut par conséquent que c’est un coup d’État.

On ne peut envisager la vacance de la place du président élu d’un suffrage universel que lorsque celui-ci n’est plus apte à exercer ses fonctions : cas d’un handicap physique grave, d’un handicap mental ou du décès sinon, il doit terminer régulièrement son mandat sauf bien sûr une démission « explicite » écrite comme telle ou une déchéance prononcer par la Haute Cour pour des crimes commis par celui-ci. On ne saurait accepter qu’une démission d’un président de la République ne soit pas écrite expressément et explicitement par son auteur mais résulte d’une simple présomption d’une petite minorité. On ne saurait admettre aussi que le président soit remplacé sans avoir même été déchu par la Haute Cour Constitutionnelle.

Considérant, la façon d’agir des TGV en se référant à ce qui s’est passé à Antanimena le mois dernier (les militaires de la capsat ont chargé, et puis braqué leurs armes à tous les participants de cette réunion) il est facile de croire qu’ils ont agi de la même façon avec les membres de la HCC, ils ont forcé ces derniers à valider sur le plan constitutionnel leur cause (la transition), à défaut ils les liquideront avec leur famille respéctive. A Madagascar,malheureusement, l’identité des membres de cette Cour Constitutionnelle est connue de tous, et donc ils ne sont pas à l’abri des menaces de morts de toutes sortes et des contraintes venant des plus forts. Comme ils sont des humains, ils cèdent face à des menaces de morts portées contre leur famille et leur personne.

Vu les arguments et les faits cités ci-dessus, il ne peut plus exister de doute que Andry a fait un coup d’État, Ravalo a été forcé de quitter ce pays avec des tanks blindés, s’il n’y a pas été contraint, son mandat ne devait se terminer qu’en 2012 et il ne comptait en tout cas pas démissionner. Quant à la HCC, elle a tout bonnement violé la constitution alors qu’elle est censée la protéger en validant cette prise de pouvoir illégale.
Conclusion, le TGVisme se définit comme étant une nouvelle forme de coup d’État dans le monde moderne et surtout en Afrique, un coup d’État caché, voilé sous une interprétation erronée de la loi.

UN save us !

avril 8, 2009

The UN should not accept this governement of transition leaded by Andry Rajoelina. Accepting this « coup d’État » will lead the other African countries to do the same with their governement. Madagascar should not be an exemple to follow in this field. UN have to remain in that same position until the sanction will convince Andry Rajoelina to give up and let the country returning in the legality. Remaining in that way and not listening to France are the only solution for eradicating the « coup d’État » in the poor countries like Madagascar. Everybody knows that France is behind all of these troubles, and she still tries to guide our country into civil war. So hold on ! Otherwise, we won’t trust anymore in the credibility of this organization.

Ravalomanana reviens-nous vite avec les militaires de la SADEC

avril 8, 2009

L’économie de Madagascar régresse de jour en jour. Il y a 2 mois encore le PIB de ce pays allait de 7 à 8%, maintenant plus que 2,1% et bientôt 0,1%. Il faut rappeler aussi que 12% de notre réserve à la caisse de l’État seulement proviennent des impôts récoltés à Madagascar auprès des contribuables, les 80% viennent des emprunts faits à la communauté internationale, qui remarquons viennent d’être coupés, et les 8% restant viennent des dons recueillis par-ci, par-là. De plus les contribuables ont déclaré ne plus vouloir satisfaire leurs obligations vue que les nouveaux membres de la HAT ne leur inspirent pas du tout confiance. Alors qu’adviendrait-il de ce pays? avec quels fonds allons-nous faire tourner la machine administrative?
Les employés de la banque centrale ont commencé une grève aujourd’hui parce que paraît-il que les nouveaux membres de la HAT veulent tous toucher au magot. Quel magot? le magot de la banque centrale,bien sûr, et ce-ci sans passer devant les formalités ordinaires requises dans ce genre de procédure. Des menaces de morts, tous les jours les directeurs de la banque centrale, pas seulement à Tana mais partout à Mada où il existe une banque centrale, en reçoivent afin de les contraindre à dispatcher gratuitement aux membres de l’équipe TGV au pouvoir les seuls fonds restants à la caisse de l’État. Paraît-il que la maîtresse du Ministre de la transition des finances a déjà empoché plus de 500.000.000 F de la caisse de l’Etat et les a versées auprès de la BMOI de Madagascar. Heuresement pour elle, la SAMFIN est suspendue jusqu’à nouvel ordre et donc, il n’y a plus de contrôle sur la provenance de ces grosses sommes d’argent. Faisons une petite remarque en passant sur les membres de cette HAT, qui sont-ils? Ils sont au nombre de 43; avec quel argent Andry va payer le traitement de tout ce beau monde, pour ne pas dire tout ce village? Pour couronner le tout, ils demandent 40.000.000 F chacun comme rémunération, ce qui fait plus que le total des rémunérations de tous les  policiers réunis à Madagascar, à peu près de 2.000.000.000 F par mois. Quant à leurs qualités et compétence, un grand point d’interrogation, en fait ce sont tous des « vaut-rien », des dinosaures politiques qui ont déjà tous passé leur test au pouvoir sans avoir laissé des résultats satisfaisants au peuple. Prenons par exemple Sareraka le chanteur, lui il ne sait que chanter, il n’a aucune autre qualité et compétence à part ça. Alors on s’imagine tous où ils vont mener ce pays.
La semaine dernière, l’État s’est encore endetté auprès de l’Air Madagascar car le petit président, avec ses petits protecteurs, a fait une visite surprise à toutes les grandes villes provinciales du pays. Il faut alors lui rappeler que c’était la principale raison qui a poussé Ravalo à se procurer le boeing Air force 2, car cette attitude de TGV risquait et amenait cette compagnie vers la faillite, l’État étant souvent insolvable. Par conséquent, il fallait à tout prix éviter ce genre de désagrément.
La dictature ne cesse de prendre forme concrète de plus en plus. Quelques jours encore, le gouvernement TGV ordonnait à tous les transporteurs en commun de baisser les frais et a fait une injonction aux boulangers de baisser à 1000 F le prix du pain. Mais comment cela pourrait être possible? On ne peut baisser les frais que si à côté on faisait diminuer le prix du carburant (à souligner que les fournisseurs de carburant à Tana sont parmi les sponsors financiers de TGV, alors pas question de remettre en cause les intérêts de ces derniers), on ne peut diminuer le prix du pain que si il y a une baisse du prix des sacs de farine, tout au moins une subvention. Quant aux grossistes de PPN dans la grande ville, ils assistent maintenant à une façon moderne de pillage et de vol. Les militaires de capsat se ramènent avec des camions blindés, braquent leurs armes sur le grossiste, chargent les camions de marchandises et puis comme si de rien n’était , »sans payer », s’en vont tranquilles.
En ce qui concerne les 5 kg de riz et le 1 litre d’huile distribués quasi-gratuits dans les arrondissements, leur provenance est louche. Aucune nouvelle embarcation n’est venue au port de Toamasina depuis le début de la crise, on se demande alors d’où viennent tous ces sacs de riz et ces barils d’huile? C’est suspicieux. Si le gouvernement de transition a pu commander ces provisions de l’étranger depuis leur accession au pouvoir, le cargo ne peut arriver à Madagascar qu’après 1 mois sur mer, ce qui devrait donc être le mois de mai prochain. D’où viennent-ils? On se rappelle alors que les militaires de capsat et les TGVistes en ont faits les leurs de tous les stocks existant dans tous les dépôts de Tiko et Magro, entreprises de Ravalo; et d’après ce qu’on constate en ce moment à Tana, ils ont pillé même les barils d’huile qui contenaient de l’huile non encore purifié dans les usines de fabrication. Résultat : les centres de santé de base II des bas quartiers sont saturés de patients qui souffrent de diarrhée, l’huile dispatcher est bourré de cholestérol ce qui provoque une diarrhée sévère et un vomissement grave. Tout compte fait, Andry Rajoelina est en train d’empoisonner tous les pauvres de Tana.
Enfin, quant à la France, le nouvel ambassadeur essaie depuis un certain temps de convaincre les autres ambassadeurs d’accepter le gouvernement de transition. Cela prouve encore le rôle qu’a joué la France dans l’avènement de cette crise à Madagascar. Heureusement que jusqu’à ce jour les Malagasy ne se sont pas rués vers une guerre civile, comme le cas de Rwanda en 1994, une guerre que, rappelons-le, a été incitée par la France et qui a causé des milliers de génocides.